Programme

Programme

Sous réserve d’accord des intervenants pressentis

 

8h00 – 8h45 : Petit déjeuner-networking

 

8h45 – Accueil

Christine HENNION, députée des Hauts-de-Seine, vice-présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes (CSNP), présidente des Assises du Très Haut Débit 2020

 

8h55 – « Déploiement du très haut débit en France et dans le monde : état des lieux »

Roland MONTAGNE, directeur du développement, analyste principal en charge des activités FTTx / FTTH à l’IDATE

 

9h10 – « La filière industrielle du THD : état des lieux et stratégie de relance »                        

Etienne DUGAS, président d’InfraNum

9h20 –  Allocution 

Julien DENORMANDIE, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement

  

9h30 – Table ronde 1 : « Quels enseignements tirer de l’évolution du trafic, des usages et du cadre législatif liés à la crise sanitaire ? »

La crise Covid19 et le confinement imposé à la France ces dernières semaines ont généré à la fois une explosion du trafic internet, une évolution rapide des usages et des règles encadrant tant le déploiement des infrastructures que leur exploitation. Dans ce contexte, même si les réseaux « ont tenu », de nombreux problèmes ont émergé, soulignant à la fois insuffisance de couverture et défauts de qualité, et venant parfois exacerber la fracture numérique territoriale.

Quels enseignements tirer de ce « crash test » ? Quelles conséquences sur la stratégie des opérateurs ? Sur les déploiements en cours en à venir ? Sur les choix technologiques ? le Plan France THD, le New deal et la 5G ? Sur la législation encadrant les déploiements et la régulation du secteur ? Sur les contrats relatifs aux modes d’exploitation des réseaux ?

TABLE RONDE EN COURS DE CONSTITUTION

 

10h30 Allocution

Stéphane RICHARD, président directeur général d’Orange

 

10h40 – « Crise sanitaire : les technologies radio au secours du très haut débit ? »

Dans un contexte de crise sanitaire, les recommandations de la GSMA et les assouplissements des conditions d’accès au spectre dans de nombreux pays ont permis d’expérimenter des technologies améliorant la connectivité et de faciliter l’accès au spectre « backhaul » (liens radio vers le cœur de réseau). Quels enseignements tirer de ces expérimentations pour le déploiement du très haut débit en France ? L’accès à de nouvelles fréquences sera-t-il pérennisé ? Les technologies radio vont-elles davantage s’imposer dans les infrastructures pour le très haut débit ?

Gilles BRÉGANT, directeur général de l’ANFR

 

10h50 – Table ronde 2 : « Les technologies radio pour relever le défi du THD pour tous en 2022 ? »

En 10 ans, le développement d’internet a considérablement fait évoluer à la fois les usages et les besoins en connectivité de la population et des entreprises. Les utilisateurs exigent désormais une parfaite connectivité en tous lieux et en toutes circonstances. Si la fibre optique reste le moyen privilégié d’accès au THD, la crise sanitaire a retardé son déploiement, en zone rurale comme en zone dense. C’est pourquoi le mix technologique constitué du THD radio, du satellite et du LTE s’impose à la fois comme un moyen complémentaire à la fibre, mais aussi de substitution, en particulier à l’intérieur des bâtiments.

Faut-il pour autant remettre en cause le principe de la fibre pour tous ? Repenser la stratégie de déploiement ? Comment assurer une couverture fixe très haut débit et très haute performance partout sur tout le territoire ? Quelles possibilités pour la couverture à l’intérieur des bâtiments ? Quelles complémentarités et quelle interopérabilité entre technologies radio actuelles et futures ?

 

TABLE RONDE EN COURS DE CONSTITUTION

 

11h50   Keynote

Agnès PANNIER-RUNACHER, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances

 

12h00 – Table ronde 3 : « Quelle stratégie industrielle au service de l’aménagement numérique et de la reconstruction économique des territoires ? »

La crise sanitaire a mis en évidence non seulement la dimension stratégique et vitale des réseaux et services de télécommunications pour notre pays mais encore la nécessité d’une planification industrielle davantage concertée avec l’Etat et les territoires.  Dans ce contexte, la stratégie industrielle qui préside tant au déploiement des réseaux très haut débit, fixe et mobile, qu’à leur organisation, leur fonctionnement ainsi que celui de l’écosystème industriel et d’opérateurs de services, doit être pensée en termes d’infrastructure essentielle. Un impératif qui aura des conséquences à la fois sur l’organisation du marché, le rôle du politique et les choix technologiques.

Vers un retour de la planification et un accroissement du rôle de stratège de l’Etat ? Des territoires ? De la reprise en régie à la nationalisation, où placer le curseur de la « souveraineté publique » sur ces infrastructures essentielles ?

 

TABLE RONDE EN COURS DE CONSTITUTION

 

13h00 – Conclusion

Thierry BRETON, commissaire européen au marché intérieur et au numérique